< Retour à Visionary Insights

VISIONARY INSIGHTS

TOUT SAVOIR SUR LES ESPACES INTÉRIEURS IDÉALS

Emma Wilhelm, Senior Global Marketing Manager
24 Août 2020
WHAT YOU NEED TO KNOW ABOUT THE GREAT INDOORS

Dans son ouvrage The Great Indoors: The Surprising Science of How Buildings Shape Our Behavior, Health, and Happiness (Les espaces intérieurs idéals : la science révèle comment les bâtiments façonnent notre comportement, notre santé et notre bonheur), Emily Anthes étudie les divers effets produits par les espaces intérieurs sur notre corps et notre esprit. Au cours de ses recherches préparatoires, Emily Anthes s’est entretenue avec d’éminents chercheurs en sciences du bâtiment et a visité des espaces innovants, tels qu’une école, une société immobilière commerciale, un laboratoire médical, une résidence pour personnes handicapées et une prison pour femmes.

Les personnes travaillant dans le secteur de la construction pourront glaner de nouvelles sources d’inspiration afin de bâtir de nouveaux édifices plus orientés vers l’humain et la vie. SageGlass aime participer à des projets innovants dont les objectifs sont ambitieux pour la santé et le bien-être des occupants. La pandémie de COVID-19 a décuplé l’intérêt porté aux bâtiments axés sur la santé. C’est pourquoi Monique Salas, notre responsable du développement commercial du secteur santé, a récemment rencontré Mme Anthes afin d’en découvrir davantage sur ce nouvel ouvrage incontournable.

 

Les sciences du bâtiment et la crise de la COVID-19

Bien que le livre ait été publié cet été, Emily Anthes l’avait écrit bien avant la pandémie de COVID-19. Il évoque toutefois des concepts tout à fait d’actualité. « Dans cet ouvrage, je relate de manière assez explicite comment nous pouvons concevoir des espaces limitant la propagation des maladies infectieuses, et même si je ne pensais pas à la COVID, certains principes s’appliquent », explique Mme Anthes. « Mais au-delà de la maladie elle-même, nous passons tous beaucoup plus de temps chez nous. Je pense donc que ce livre nous permet de tirer de nombreux enseignements sur la façon dont nous pouvons concevoir des habitations et des espaces intérieurs réellement propices à la détente, à la santé et au bonheur. Nous vivons actuellement une période très stressante, mais en apportant quelques changements à notre environnement bâti (et en y prêtant attention), nous pouvons tenter de réduire ce stress et créer des espaces dans lesquels nous nous sentons bien et en sécurité. »

Emily Anthes a écrit récemment plusieurs articles liés à la pandémie de COVID-19 :

 

Les sources d’inspiration à l’origine du livre

Emily Anthes écrit des ouvrages scientifiques et aime se plonger longuement dans les revues scientifiques. Il y a sept ou huit ans, elle a observé l’émergence de nombreuses nouvelles recherches sur ce que l’on appelle souvent le « microbiome des espaces intérieurs » – un ensemble de micro-organismes peuplant notre environnement bâti.

« Nous passons 90 % de notre temps à l’intérieur, mais je n’avais jamais réellement réfléchi à ce qui s’y passe », explique-t-elle. « J’ai ainsi pris conscience que ces endroits sont beaucoup plus riches et complexes que ce que j’imaginais. J’ai alors eu un déclic qui m’a poussée à me demander ce que l’on pouvait encore découvrir sur ces environnements et quels effets, sur lesquels nous passons souvent outre, ils pouvaient produire. »

Emily Anthes mène des recherches et écrit sur l’environnement bâti depuis plusieurs années. Elle a par exemple publié il y a quatre ans un article dans la revue Nature intitulé The office experiment: Can science build the perfect workspace? (Étude en milieu professionnel : la science peut-elle créer l’espace de travail parfait ?The Great Indoors marque l’aboutissement de toutes les connaissances accumulées au fil de ses recherches approfondies et de l’expérience concrète acquise dans des lieux exceptionnels.

 

Quelques considérations éclairées relatives à la lumière naturelle et à la vue sur l’extérieur

En tant que professionnelle du développement commercial dans l’industrie du vitrage électrochrome, Monique Salas réfléchit beaucoup à l’importance de la lumière naturelle et de la vue sur l’extérieur. Durant l’entretien, elle a demandé à Emily Anthes de l’éclairer sur le sujet. « Il s’avère que la lumière naturelle et la vue sur l’extérieur (tout particulièrement la vue sur la nature) sont deux éléments parmi les plus importants qu’il est possible d’offrir aux usagers d’un bâtiment », affirme Mme Anthes. « La littérature scientifique est très prolifique à ce sujet. »

Emily Anthes poursuit en expliquant que la lumière naturelle peut :

  • améliorer notre humeur et
  • réguler nos rythmes circadiens.

En outre, la vue sur la nature peut :

  • réduire le stress, l’anxiété et la douleur ;
  • améliorer notre concentration, notre attention et notre productivité.

«Ainsi, si vous souhaitez favoriser les résultats positifs, explique Mme Anthes, la lumière naturelle et la vue sur l’extérieur peuvent y contribuer. Elles jouent un rôle essentiel pour les usagers.» Si les recherches démontrent clairement les avantages de la lumière naturelle et de la vue sur l’extérieur, y avoir accès est souvent encore considéré comme un luxe. (Prenons, par exemple, le bureau du coin.)

 

Et donc ?

Emily Anthes explique qu’une grande partie des recherches initiales sur la lumière naturelle et la vue sur l’extérieur ont été menées dans des hôpitaux. Les patients hospitalisés dans des chambres plus ensoleillées ont besoin de moins d’analgésiques, quittent plus rapidement l’hôpital et présentent un taux de mortalité plus faible. « Même si nous ne parvenons pas réellement à convaincre l’administration hospitalière du bien-fondé de la lumière naturelle et de la vue sur l’extérieur d’un point de vue humain, indique Mme Anthes, nous pouvons également faire valoir un argument économique de poids. »

Des arguments similaires peuvent être avancés pour d’autres espaces intérieurs comme les locaux professionnels et les écoles. Les études ont au demeurant prouvé que la lumière naturelle et la vue jouent un rôle sur la cognition. Emily Anthes aborde le sujet de la théorie de la restauration de l’attention : « Il s’avère que regarder par la fenêtre, et plus particulièrement regarder la nature, nous permet de capter notre attention sans fournir d’effort. Ainsi, notre esprit peut se reposer et nous pouvons améliorer nos capacités de concentration et d’attention et être plus productifs. »

L’hypothèse de la biophilie est une théorie complémentaire à celle de la restauration de l’attention. Mme Anthès révèle que « cette théorie porte principalement sur la façon dont regarder la nature nous détend. Le fait d’être détendu produit de nombreux effets en aval, tels que la réduction du cortisol et la baisse de la tension artérielle ». Ces deux théories combinées constituent une argumentation commerciale convaincante en faveur de la conception d’espaces intérieurs inondés de lumière naturelle et offrant une vue sur la nature.

Si vous souhaitez en découvrir davantage sur les secteurs de l’immobilier commercial, de la santé et du bâtiment, visionnez l’intégralité de l’interview de 30 minutes avec Monique Salas et Emily Anthes (seulement disponible en anglais).

 

En savoir plus sur Emily Anthes

Emily Anthes est journaliste et auteure scientifique. Son tout dernier ouvrage The Great Indoors: The Surprising Science of How Buildings Shape Our Behavior, Health, and Happiness (Les espaces intérieurs idéals : la science révèle comment les bâtiments façonnent notre comportement, notre santé et notre bonheur), a été publié en juin. Elle a également écrit Frankenstein’s Cat: Cuddling Up to Biotech’s Brave New Beasts (Le chat de Frankenstein : se blottir contre les nouvelles braves bêtes de la biotechnologie), qui a été sélectionné pour le prix PEN/E.O Wilson Literary Science Writing Award. Les articles d’Emily Anthes ont également été publiés dans le New York Times, le New Yorker, The Atlantic, Wired, Nature, Slate, Businessweek, etc. Ses articles ont remporté plusieurs prix, dont l’AAAS Kavli Science Journalism Award et le NASW Science in Society Journalism Award. Emily Anthes est titulaire d’un master en rédaction scientifique obtenu au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et d’une licence en histoire des sciences et de la médecine délivrée par l’université de Yale, où elle a également étudié l’écriture créative. Elle vit à Brooklyn, New York.

Sur le même sujet: