< Retour à Visionary Insights

VISIONARY INSIGHTS

Une nouvelle étude montre que l’importance accordée à la vue sur l’extérieur a augmenté suite à la pandémie de Covid

Eloïse Sok-Paupardin
26 Avril 2021
window views post-Covid

Comme nous le savons déjà, nous passons plus de 90 % de notre temps entre quatre murs. En outre, depuis que la pandémie de Covid-19 sévit dans le monde entier, bon nombre d’entre nous sommes contraints à passer encore plus de temps à l’intérieur et à réduire autant que possible nos interactions sociales. Les fenêtres constituent ainsi notre lien principal avec le monde extérieur et il est permis de penser qu’elles soient d’autant plus appréciées en cette période de crise.

Fait intéressant, des chercheurs de l’université de Nottingham (Royaume-Uni) ont publié en janvier dernier un article présentant les résultats d’une étude comparant la manière dont les fenêtres étaient considérées avant et après la propagation du Covid-19. L’étude est basée sur les données recueillies dans 44 pays via des enquêtes menées entre octobre 2019 et janvier 2020, puis en avril 2020, mois durant lequel des mesures de confinement étaient en vigueur dans de nombreux endroits.

 

Résultats principaux de l’étude

L’étude met en évidence les différences suivantes après le confinement:

  • La vue sur l’extérieur procure nettement plus de satisfaction et est significativement plus appréciée. 
  • Les fonctions des fenêtres, telles que la vue sur l’extérieur, l’entrée d’air frais dans la pièce et la possibilité de détourner le regard d’une tâche, se sont vu accorder une importance plus élevée.
  • L’ouverture des stores/rideaux est plus fréquente et/ou plus longue, principalement pour profiter de la vue sur l’extérieur et détourner le regard d’une tâche. 
  • Les opinions négatives attribuées aux fenêtres (généralement dues aux courants d’air, à l’éblouissement, à une chaleur excessive, au bruit extérieur, etc.)  ont diminué
  • Le nombre de fois où l’on regarde par la fenêtre a augmenté.
  • Des pauses régulières durant l’activité sont prises pour regarder dehors, même si un déplacement jusqu’à la fenêtre est requis. 
  • La sensibilisation aux bruits extérieurs a augmenté. 
  • La lumière naturelle entrant par les fenêtres est plus appréciée. 
 

Il convient de mentionner également un autre résultat intéressant : pendant le confinement, beaucoup de personnes ont eu tendance à rapprocher leur bureau d’une fenêtre, et ce, principalement pour profiter de la lumière naturelle, de la vue sur l’extérieur, de l’air frais, ainsi que pour communiquer avec les personnes à l’extérieur.

 

La vue sur l’extérieur : un vecteur de lien social

L’étude présente également comment certaines personnes ont utilisé les fenêtres avec créativité afin d’entrer en contact avec le monde extérieur. Une de ces initiatives a particulièrement retenu mon attention : il s’agit du mouvement lancé par une photographe qui a partagé quotidiennement des photos prises depuis sa fenêtre, ainsi que l’histoire s’y rapportant, et qui a incité les internautes à faire de même sur les réseaux sociaux. Barbara Duriau, fondatrice du groupe Facebook View from my window (2,2 millions de membres), explique comment ce mouvement a vu le jour : «Nous allions tous être confinés chez nous pendant des semaines, avec une seule et même vue depuis notre fenêtre. Quelle serait cette vue à l’autre bout du monde ? Et si je proposais aux internautes de la prendre en photo et de la partager avec toutes les autres personnes confinées dans un groupe Facebook ? Cela permettrait de créer des liens entre nous et de nous évader en toute sécurité.»

 

Exemple de photos de vues partagées à travers le monde afin de créer des liens et d’apporter du bien-être psychologique (Source : groupe Facebook « View from my window »)

 

Cet exemple et les quelques autres cités dans l’étude, illustrent à la perfection les valeurs sociales associées aux fenêtres. Ils mettent encore davantage en évidence combien la vue sur l’extérieur revêt une importance capitale pour favoriser le bien-être psychologique dans les périodes les plus difficiles.

 

Conclusions

Cette étude démontre que l’importance accordée à la vue sur l’extérieur a augmenté suite à la pandémie de Covid. Bien que les auteurs reconnaissent la nécessité d’approfondir les recherches, les résultats concordent avec les études antérieures sur les avantages procurés par la vue sur l’extérieur pour notre bien-être visuel et psychologique1 : que nous soyons à domicile ou au travail, nous avons besoin d’avoir une vue sur l’extérieur pour pouvoir regarder dehors, soulager nos yeux, nous évader mentalement, nous aider à recharger nos ressources cognitives et surmonter le stress. Nous avons également besoin d’une vue sur l’extérieur pour conserver un lien avec le monde qui nous entoure et rester en contact avec les autres, ainsi qu’avec le cycle de la nature2.

L’article complet est disponible ici.

 

Eloise Sok

 

Eloïse Sok-Paupardin est Concept Creator au sein de l'équipe SageGlass Europe & Middle-East. Elle est titulaire d'un double diplôme d'ingénieur de l'Ecole Centrale (France) et de l'Université de Tsinghua (Chine). Ses principaux centres d'intérêt sont l'architecture durable, l'éclairage naturel et le confort des occupants. Sa devise : "La passion est notre plus grande force".

 


Sources:

  1. The psychological aspects of windows and window design, Heerwagen, 1990
  2. The significance of the window - a qualitative, anthropological study of what the window means to people, B. Hauge, 2013

 

Sur le même sujet: